Le Gombo

17 juin 2021

Le gombo (Abelmoschus esculentus), appelé Etetam ou Nèfu ou Dongo-dongo au Gabonnkui au Cameroun, lalo à l’île de La Réunion et à l’île Maurice, calou en Guyane, calalou en Haïti ou okra en Louisiane et plus généralement dans le sud des États-Unis, est une espèce de plante tropicale à fleurs originaire d’Afrique ou d’Inde, proche de l’hibiscus, appartenant à la famille des Malvaceae.

Son fruit est une capsule de forme pyramidale récoltée verte et employée comme légume et comme condiment. Sa section transversale montre cinq carpelles qui forment un pentagone régulier. Sa peau est couverte de soies duveteuses.

De la famille des Malvacées, cette plante annuelle tropicale atteint 1,5 à 2 m de hauteur. Les feuilles simples à 5 ou 7 lobes un peu dentés, atteignent 15 à 20 cm de long.

Les fleurs en corolles mesurant 5 à 8 cm de diamètre, jaunes au cœur rouge, proches des fleurs d’hibiscus se transforment ensuite en fruits légèrement duveteux qui rappellent les piments par leur forme et leur graines internes, avec des sections hexagonales, aux côtes marquées, de couleur vert. Ils se consomment comme légumes et comme condiment, dans la cuisine cajun, créole et africaine. Son goût n’est pas très marqué, il se marie donc bien avec des tomates, des oignons, des poivrons plus forts en saveurs.

Le gombo est riche en calcium, en fibres alimentaires mais surtout en mucilage ce qui le rend gluant mais ce qui permet de s’en servir comme épaississant de sauces par exemple, en cuisine. Il offre un apport intéressant en vitamines C et B9, en sels minéraux et en antioxydants.

Le nom de « gombo » est issu d’une langue bantoue en région angolaiseki-ngombo.

Synonymes du nom scientifique : Hibiscus esculentus L. ou H. longifolius Willd.

  • Famille : Malvacées
  • Type : légume exotique annuel
  • Origine : Afrique (Egypte)
  • Couleur : fleurs jaunes plus ou moins vif
  • Noms vernaculaires : Etetam en langue Fang du Gabon, Nèfu (ou nèfou) en langue Omyènè du Gabon, Dongo-dongo en langue Obamba (Ndumu/Mbédé) du Gabon, nkui au Cameroun, lalo à l’île de La Réunion et à l’île Maurice, calou en Guyane, calalou en Haïti ou okra en Louisiane, corne grecque, bamya (Turquie, Grèce), gnawia ou ganaouia (Algérie, Tunisie), son nom au Maroc est mloukhia, ‘Gàn, aussi gwán, gbán en Bambara au Mali, ‘darraba en arabe local du Tchad, lalo ou bamya en Turquie et au Soudan, quiabo au Brésil, kalalou ou gombo, calalou pour le fruit et lalo pour les feuilles en Haïti, lalo aussi à l’Île Maurice, dongó dongó en république démocratique du Congo, fétri en langue Ewe (Togo), poût barang (ពោតបារាំង, « maïs français ») au Cambodge.
  • Semis : oui
  • Bouture : non
  • Plantation : tout au long de l’année au Gabon
  • Récolte : de 3 à 5 mois après la plantation (exemple plantation en mai pour une récolte de juillet à septembre)
  • Hauteur : jusqu’à 2,5 m

Sol et exposition idéals pour le gombo

Le gombo se cultive en plein soleil et il a besoin de chaleur : de ce fait, s’agissant d’une plante tropicale, elle pourra pousser dans le sud de la France mais difficilement dans le nord. Il lui faut un sol riche, humifère et bien drainant, plutôt sableux.

Date de semis et de plantation du gombo

Les semis se feront sous abris en février et mars, puis vous les repiquerez en godets pour une mise en place fin mai à début juin quand le sol s’est bien réchauffé. Gardez 30 cm entre chaque plant et 1 m entre les rangs.

Conseil d’entretien et de culture du gombo

Le gombo a besoin d’attention : binages, sarclages et arrosages, régulièrement. Lorsque les fleurs apparaissent, soyez généreux en eau. Supprimez les feuilles qui jaunissent et tuteurez si besoin les pieds.

Récolte, conservation et utilisation du gombo

Le gombo est prêt à être cueilli quelques jours seulement après la floraison, et la récolte put être quotidienne. Il ne doit pas être récolté trop tard sinon il devient fibreux et dur. Cueillez le avant qu’il atteigne 10 cm. Consommez le rapidement car il ne se conserve que quelques jours au réfrigérateur. Sinon, vous pourrez les blanchir et les congeler.

Le gombo se cuisine cuit à l’eau comme tout légume d’accompagnement mais également frit, en curry, braisé… Il peut également être ajouté cru dans une salade. Les jeunes feuilles et pousses peuvent être consommées cuites également.

Maladies, nuisibles et parasites du gombo

Le mildiou peut attaquer le gombo tout comme les pucerons, la pyrale du maïs ou encore la fonte des semis, dès le départ.

Emplacement et association favorable du gombo

Pratiquez la rotation de culture du gombo, et n’en plantez pas derrière des tomates, des courges, des aubergines ou des patates douces.

Variétés conseillées de gombo pour planter au jardin

Si vous souhaitez tenter l’expérience de la culture du gombo, essayez ’Clemson Spineless‘ variété la plus commercialisée qui ne dépasse pas 1 à 1,5 m de haut, ‘Blondy’ plante résistante au froid et assez compacte, ‘Emerald’ au contraire très volumineuse, ‘Cajun Queen’ précoce et productive, ‘Burgundy’ variété naine ornementale.

Usage alimentaire

Le gombo est consommé dans la quasi-totalité de l’Afrique tout au long de l’année. Le fruit contient une substance mucilagineuse (de texture gélatineuse) utile pour épaissir soupes et ragoûts. Le gombo se mange cru ou cuit et il fait partie de nombreux plats antillais, africains, méditerranéens ou japonais. Il entre notamment dans la fabrication du calalou antillais. Il est par ailleurs l’élément-clé de la soupe qui accompagne le tonmtonm haïtien, plat prisé en particulier dans le Département du Sud du pays.

Il se marie bien avec la tomate, l’oignon, l’igname, le poivron ainsi qu’avec le curry, la coriandre, l’origan, le citron, le vinaigre et d’autres épices comme le ras el hanout. Il est fréquemment utilisé dans la cuisine méditerranéenne, et notamment les cuisines turquegrecquechypriote et libanaise. Il est également la base du gombo, soupe cadienne typique de Louisiane, dans laquelle le fond est constitué de mélange de céleripoivron vert et oignon que l’on fait revenir avec les gombos coupés en rondelles. D’autres préparations typiques du Sud des États-Unis sont les gombos braisés à la tomate et les rondelles de gombo frites. Il est également utilisé dans des sauces avec de la viande blanche ou du poulet. Fragile, le gombo se conserve deux à trois jours au réfrigérateur dans un sac de papier. Séché, il peut se conserver pendant plusieurs mois. Les graines mûres, grillées, peuvent être utilisées en guise de café. Le gombo est aussi une spécialité de la Côte d’Ivoire où il est souvent utilisé en sauce sur du riz blanc. Au Sénégal, le gombo est l’ingrédient de base de la soupe kandia. Les jeunes feuilles peuvent être consommées comme des épinards; elles sont parfois données au bétail comme fourrage.

Référence de l’article : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gombo, https://jardinage.lemonde.fr/dossier-1346-gombo.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *