CRISE AGRICOLE ET PAUPÉRISATION DE LA PAYSANNERIE AU GABON

25 juillet 2021

par ROGER NGUEMA-OBAME

Les atouts du milieu physique gabonais favorables au développement d’une activité agricole

Selon Pourtier, la forêt qui couvre 85 % du territoire gabonais est exploitée depuis plus d’un siècle sans avoir perdu son potentiel de production, avec une économie qui repose essentiellement sur l’extraction et l’exportation de produits pétroliers, miniers et du bois. Cependant, le pétrole occupe une place majeure dans l’économie nationale, car «Il compte en chiffres arrondis pour 40 % du produit intérieur brut, 80 % de la valeur des exportations, 60 % des recettes budgétaires de l’Etat.»

Ce pays présente une grande variété de formes de reliefs. Selon le Géographe gabonais Jean-Bernard Mombo, on distingue trois grands ensembles orographiques et géomorphologiques : les basses terres de la région côtière, les massifs montagneux du Centre culminant à plus de 1000 mètres et les plateaux du Nord et de l’Est. Ce relief non montagneux et l’abondance des ressources minérales représentent un potentiel considérable pour le développement des activités agricoles.

Bénéficiant d’abondantes précipitations équatoriales, il est drainé par un réseau hydrographique très dense alimenté par deux fleuves principaux :
l’Ogooué et la Nyanga. L’Ogooué, est long de 1200 Km dont environ 1000 Km au Gabon. «Il draine 215000 km² soit les 4/5 du pays », selon Mombo, et se jette dans l’océan atlantique à Port-Gentil. La Nyanga est le second fleuve et draine 8,4 % du territoire soit 22500 km²12 . Les cours d’eau sont navigables sur 300 km environ.

Le climat y est également généreux. Le Gabon est en effet situé entre les latitudes de 2° 30’ N et 3° 55’ S, au cœur même du domaine équatorial où les principales caractéristiques sont : la chaleur constante, l’humidité élevée, les précipitations abondantes. L’ensemble du pays connaît ainsi un climat équatorial aux températures relativement élevées et uniformes toute l’année (entre 22 et 32°C). Les températures maximums se présentent de février à avril et les minimums entre juillet et août. Le cycle climatique du Gabon renferme quatre saisons : une petite saison sèche de janvier à février, une grande saison des pluies de mars à juin, une grande saison sèche de juillet à septembre et une petite saison des pluies d’octobre à décembre. L’humidité moyenne arrive rarement en dessous de 80 % et les précipitations annuelles partent de 1600 mm dans les zones de savane à 3800 mm dans les régions côtières.

La forêt gabonaise couvre environ 20 millions d’hectare soit plus de 80 % de la superficie du pays et renferme environ 400 espèces. En milieu rural, elle fournit les produits essentiels (écorce de bois, troncs d’arbres servant de poteaux aux feuilles de palmiers) et les produits alimentaires issus de la cueillette et de la chasse. Elle est aussi le support de l’agriculture sur brulis. Ce caractère forestier du pays constitue un atout à long terme pour le développement du secteur agricole.

Tous ces éléments du milieu physique nous montrent que le Gabon est un pays où peut se développer une activité agricole conséquente. Mais les travaux conduits sur la problématique agricole au Gabon révèlent un véritable paradoxe entre le potentiel naturel et la situation agricole.

. .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *